Quelle technique de chirurgie réfractive est la plus appropriée pour opérer la vue

cirugia ojos refractiva

Dans cet article où vous trouverez les lignes directrices que la plupart des pays européens, dont la France, définies (ou suivis) pour opérer la vue et determiner quelle est la technique de chirurgie réfractive la plus appropriée selon l’erreur visuelle, l’âge du patient, la graduation à corriger, l’état de la cornée,….

À la fin de l’article, vous trouverez un lien vers la source, où vous pourrez également consulter quelles sont les orientations définies dans d’autres pays européens: Espagne, Italie, Allemagne, …

Lignes directrices et coût de la chirurgie réfractive

La pratique de la chirurgie réfractive est accessible à tout chirurgien ophtalmologiste en France. En théorie, aucune certification spéciale n’est requise en plus d’un diplôme de spécialité en ophtalmologie. À l’inverse, les ophtalmologistes sont les seuls médecins qualifiés pour effectuer une chirurgie réfractive.

Les ophtalmologistes apprennent la théorie et acquièrent une expérience chirurgicale grâce à la pratique hospitalière quotidienne. Les conférences données dans le cadre du programme de résidence d’enseignement couvrent l’ensemble du domaine de la pathologie ophtalmique.

Bien que la chirurgie réfractive représente une part importante de l’activité chirurgicale oculaire en France, ce domaine n’est enseigné que dans des unités spécifiques et peut ne pas être accessible à certains résidents.

Les hôpitaux publics ne peuvent pas toujours supporter les lourdes charges financières liées à chirurgie réfractive

Au fur et à mesure que le champ des connaissances médicales s’élargit, en particulier en ophtalmologie, il est difficile pour les unités d’enseignement de rester polyvalentes et de mettre autant l’accent sur les procédures électives et cosmétiques que sur celles liées aux maladies menaçant la vision. De plus, les hôpitaux publics ne peuvent pas toujours supporter les lourdes charges financières des coûts et de l’entretien des lasers utilisés en chirurgie réfractive

Techniques de chirurgie réfractive et types de lentilles intraoculaires les plus couramment utilisés

La complexité de la chirurgie réfractive oblige aux chirurgiens à posséder des compétences spécifiques pour maîtriser plusieurs types d’unités laser spécialisées. Pour acquérir ces compétences, il est recommandé que les chirurgiens, en particulier ceux intéressés par la chirurgie réfractive au laser, dont le LASIK et le PRK, suivent des cours spécifiques, comme le Diplôme Interuniversitaire proposé en partenariat par l’Université de Bordeaux, l’Université de Toulouse, et l’Université de Besançon.

Les chirurgiens du segment antérieur de l’oeil et de la cataracte pratiquent déjà la chirurgie réfractive à base de lentilles, en utilisant des LIO toriques et multifocales pour corriger la vision floue, l’astigmatisme et la presbytie.

En fait, de nombreux chirurgiens qui pratiquent régulièrement la chirurgie réfractive à base de lentilles maîtrisent également les techniques basées sur le laser. L’introduction de la technologie laser femtoseconde dans le domaine de la chirurgie du cristallin continuera probablement à renforcer cette tendance vers la chirurgie du cristallin réfractif.

Les tendances actuelles de la chirurgie réfractive pour opérer la vue montrent une augmentation de l’utilisation des techniques d’ablation de surface, en particulier l’ablation de surface avancée et la PRK; une augmentation de l’implantation de LIO phaque, qui représente 4% à 5% de toutes les interventions de chirurgie réfractive réalisées chez les jeunes patients; et une augmentation de l’utilisation de lasers femtosecondes pour créer des volets LASIK minces.

L’échange de lentilles réfractives (RLE) devient la technique de choix chez les patients de plus de 50 ans. Cela peut être dû à la sécurité de la technique chirurgicale, à la biométrie la plus précise et au développement d’une LIO premium.

400 000 lentilles implantées par an

Par exemple, en Espagne, l’implantation de lentilles premium représente environ 10% à 12% des 400 000 lentilles implantées par an; parmi celles-ci, de 40 000 à 48 000 lentilles premium, 70% à 80% sont multifocales et 20% à 30% sont des LIO toriques (données en dossier auprès d’Alcon Laboratories, Inc., Fort Worth, TX, et Abbott Medical Optics, Inc ., Santa Ana, Californie). Le pourcentage de LIO premium est beaucoup plus élevé si nous considérons uniquement les patients traités dans un cadre privé.

Avant de s’opérer la vue

Le régime préopératoire pour les patients devant subir une chirurgie réfractive nécessite une évaluation ophtalmique complète après l’arrêt du port de lentilles de contact pendant au moins 1 à 2 semaines.

L’évaluation comprend la réfraction subjective sous cycloplégie, l’examen à la lampe à fente en mettant l’accent sur la qualité de la surface oculaire et du film lacrymal, le diamètre de la pupille mésopique et scotopique, la PIO, l’examen de fond, la topographie cornéenne et la pachymétrie.

Dans certains cas, l’hystérésis cornéenne est également fortement recommandée. En Espagne, l’utilisation croissante de la chirurgie au laser personnalisée avec ablations asphériques a rendu le diamètre pupillaire moins pertinent, à condition qu’il dépasse 7,5 mm dans des conditions scotopiques.

L’examen du film lacrymal et de la surface oculaire est devenu plus important, car il aide les chirurgiens à décider si le patient est candidat à la chirurgie réfractive de la cornée.

Techniques de chirurgie réfractive selon l’âge et l’erreur de réfraction

Les indications des techniques chirurgicales varient selon l’âge du patient. En la plus part de pays, la chirurgie réfractive n’est pas approuvée chez les enfants, sauf dans les cas qui ne peuvent pas être pris en charge avec des traitements standard tels que l’anisométropie amblyopique élevée.

Afin de subir une chirurgie oculaire, les personnes doivent avoir au moins 18 ans pour subir une chirurgie réfractive cornéenne ou un implant phakique IOL; cependant, les chirurgiens préfèrent généralement que les patients aient au moins 20 ans.

La chirurgie réfractive cornéenne est l’étalon-or pour tous les patients de moins de 45 ans qui respectent la plage de dioptrie acceptée. Chez les patients plus âgés, la chirurgie de choix est le RLE. Certaines exceptions peuvent être faites en termes de limites d’âge. Par exemple, le RLE peut être proposé aux hyperopes plus jeunes (40-42 ans) et plus tard (± 50 ans) en cas de forte myopie.

Les techniques au laser Excimer sont considérées comme l’étalon-or pour les erreurs de réfraction myopes aussi basses que -7,00 D et sont largement utilisées dans ce pays, avec environ 180 000 procédures effectuées par an (données en dossier auprès d’Alcon Laboratories, Inc. et Abbott Medical Optics Inc.).

Les procédures d’ablation de surface sont récemment devenues plus populaires auprès des chirurgiens espagnols et représentent maintenant près d’un tiers des procédures au laser excimer, principalement chez les patients atteints de myopie jusqu’à -4,00 D. La mitomycine C est largement utilisée, principalement dans les ablations profondes, traitements et améliorations de l’astigmatisme myopique composé.

Pour les patients présentant des erreurs myopes supérieures à -7,00 D, la première option est généralement une implantation de LIO phaque. Un implant de LIO phaque nécessite un nombre de cellules endothéliales préopératoires de plus de 2000 cellules / mm2 et une profondeur de la chambre antérieure supérieure à 2,8 mm de l’endothélium au cristallin. Dans ce pays, 80% des LIO phaques sont des modèles de chambre postérieure et 20% sont des modèles de chambre antérieure.

Chez les patients ayant une hypermétropie jusqu’à 4,00 D, mon premier choix est le LASIK utilisant une zone d’ablation optique de plus de 6,5 mm. Lorsque le défaut hypermétropique est supérieur à 4,00 D, l’implantation d’une LIO phaque ou, en cas de presbytie, une LIO multifocale est recommandée.

Les principales options chirurgicales pour contrôler l’astigmatisme chez les jeunes patients comprennent l’ablation au laser excimer ou l’implantation de LIO toriques phaques chez ceux qui ne sont pas candidats au LASIK.

Pour les patients presbytes plus âgés, les LIO pseudophaques toriques sont l’approche préférée. La chirurgie astigmatique incisionnelle, comme les incisions relaxantes du limbe, a été pratiquement abandonnée par les chirurgiens en Espagne; Il est utilisé uniquement chez les patients subissant une chirurgie de la cataracte avec des LIO monofocales.

La céfuroxime intracamérulaire est le traitement peropératoire utilisé pour la prophylaxie des infections dans toutes les procédures de réfraction intraoculaire (que ce soit la chirurgie de la cataracte, l’implantation de LIO phakique ou l’EFR).

Postopératoire après avoir opéré la vue

Les antibiotiques topiques sont prescrits après l’opération pendant 1 semaine et les stéroïdes topiques pendant 2 à 4 semaines.
Pour le LASIK, je prescris une combinaison d’antibiotiques et de gouttes de stéroïdes trois fois par jour pendant la première semaine et des larmes artificielles cinq fois par jour pendant au moins 2 mois.

Si vous avez besoin de plus d’informations, assurez-vous de consulter le lien que vous trouverez ci-dessous.

Source: Lignes directrices européennes actuelles pour la chirurgie réfractive

Les personnes qui ont atteint cet article recherchaient des informations sur:

  • Prix chirurgie réfractive
  • Chirurgie réfractive laser
  • Chirurgie réfractive Lasik
  • Chirurgie réfractive à coût
  • Chirurgie de la myopie
  • Est-ce que s’opérer de la vue est sûr?
  • Chirurgie de la presbytie

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.